Cliquer pour voir l'adresse Suggestions, informations, images de vos fossiles, aides à la détermination... sont les bienvenues ! Os Jurassique Les OS Retour [Fossiles Jurassique] Sommaire FOSSILES

   Fossiles > invertébrés > lamellibranches > Trigonies
Trigonies
 
Cliquez sur 1 image pour l'agrandir.
   
Classe BIVALVE, Sous-classe PALAEOHETERODONTA, Ordre TRIGONIOIDA, Super-famille TRIGONIACEA, Famille TRIGONIIDAE, Genre TRIGONIA, Sous-genre TRIGONIA -
 
  • Famille des TRIGONIIDAE :
    Lamarck :
"COQUILLE équivalve, inéquilatérale, fermée, triangulaire avec un bord antérieur généralement arrondi, moins développé que le bord postérieur est plus ou moins tronqué et anguleux;
CROCHETS dirigés en arrière;
En général, deux DENTS CARDINALES divergentes sur la valve droite et une à trois dents cardinales divergentes sur la valve gauche,
LIGAMENT externe,
Deux IMPRESSIONS MUSCULAIRES;
IMPRESSION PALLEALE simple, entière."
 
  • Trigonia :
    Bruguière, 1789 :
( Lias - Crétacé Sup. )
Trigonia : étymologie : Trigonos = Triangulaire.
"COQUILLE épaisse, ornée de côtes rayonnantes ou concentriques; Bord postérieur anguleux;
DENTS CARDINALES 2 - 3, divergentes, striées transversalement, dent centrale de la valve gauche divisée."
Si l'ornementation de la coquille présente des tubercules, même s'ils sont minoritaires, c'est un Myophorella; Les Trigonia ont une ornementation constituée exclusivement de côtes rayonnantes et/ou concentriques.
 
  • Trigonia papillata :
    Agassiz, 1840 :
Cette Trigonie est toujours de très petite taille dans le Boulonnais; elle est caractérisée par des côtes concentriques régulières sur le flanc et des côtes rayonnantes sur l'area.
Cependant, les coquilles peuvent présenter "des variations très légères ayant trait à l'écartement des côtes concentriques (..) et à l'ornementation du corselet , dont les côtes rayonnantes sont , ou bien un peu plus nombreuses, ou bien un peu plus égales entre elles."
 
Trigonia papillata 
jlam189.jpg (27 Ko)
Dim(mm):
lo = 12
h = ?
h = 5,9


 

 
  • Trigonia variegata ( Trigonia gibbosa ):
    H. Credner, 1863 :
"COQUILLE ovale, larger, inéquilatérale, comprimée;
ORNEMENTATION de côtes concentriques commencant au bord buccal, d'abord serrées, aigües, sinueuses, puis devenant plus grosses, plus écartées, tuberculeuses et se terminant à la dépression anale. Elles sont toujours très serrées et très marquées sur les crochets.
REGION BUCCALE plus courte, arrondie.
REGION ANALE un peu rétrécie et subtronquée à l'extrémité, pourvue d'une large dépression oblique.
Le CORSELET est limité par une arête plus ou moins saillante, il est pourvu d'un sillon et d'une carène interne qui limite la partie excavée allongée, lisse et asez profonde.
BORD PALLEAL peu arqué."
 
Trigonia variegata 
jlam192.jpg (30 Ko)
Dim(mm):
lo = 34,9
h = 30,3
e = ?

L'identification de cette Trigonie est sujette à quelques doutes car:
  • Elle est incomplète et son ornementation est partiellement usée;
  • Elle a été trouvée hors contexte géologique: peut être perdue par un autre amateur?
  • Cette espèce étant ornée de quelques tubercules, elle devrait logiquement faire partie du genre Myophorella mais je n'en ai pas trouvé confirmation.
     

     
    Trigoniidae 
    jlam194.jpg (31 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 19,7
    h = 12,7
    e = 9,6


     

     
    • Laevitrigonia ( Trigonia ) gibbosa :
      Sowerby, 1819 :
    Je ne vais reprendre de Mr DE LORIOL que la partie de la description qui peut s'appliquer aux moules internes tant les individus avec leur coquille sont plus rares:
    "REGION BUCCALE plus courte, anguleuse et un peu acuminée à son extrémité.
    REGION PALLEALE allongée, rétrécie et subtronquée, marquée d'une large dépression qui part du crochet et va se terminer au bord palléal. Corselet lisse, bicaréné, la carène externe est très peu sensible, l'interne, plus aigue, limite l'area ligamentaire proprement dite qui est excavée. Bord cardinal très déclive en avant. Bord palléal peu arqué, un peu sinueux vers l'extrémité anale, lisse en dedans.
    CROCHETS élevés, triangulaires.
    LES IMPRESSIONS MUSCULAIRES anales sont elliptiques, lisses et traversées jusqu'au milieu par l'impression palléale qui se trouve très éloignée du bord.
    MOULE INTERIEUR très peu oblique, allongé, lisse, déprimé sur les crochets, portant de très fortes impressions."
    Cette espèce est très proche ( le moule interne en tout cas ) de Trigonia damoniana [ DE LORIOL ], j'espère que ma détermination est correcte.
     
    Laevitrigonia gibbosa 
    jlam196.jpg (25 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 38
    h = 29,4
    e = 15,1


     

     
    Trigoniidae 
    jlam201.jpg (34 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 65,7
    h = 57
    e = 22,1


     

     
    Classe BIVALVE, Sous-classe PALAEOHETERODONTA, Ordre TRIGONIOIDA, Super-famille TRIGONIACEA, Famille TRIGONIIDAE, Genre MYOPHORELLA, Sous-genre MYOPHORELLA -
    • Myophorella ( Trigonia ) radiata :
      Miss Bennett, 1831 :
    Je reprends ici l'ancien nom de l'espèce, Mr Vadet l'ayant publiée avec le même dessin que De Loriol sous le nom Myophorella carrei. Cette dernière est aussi décrite dans l'ouvrage de De Loriol et présente de grandes différences avec l'espèce radiata tant dans le dessin que dans la description.
    Aussi, en l'absence d'informations complémentaires, je considère comme une erreur de mise en page l'affectation du nom M. carrei au dessin de M. radiata.
    Myophorella radiata est ainsi décrite par De Loriol :
    "COQUILLE presque trigone, large, un peu arquée, très inéquilatérale.
    REGION BUCCALE courte, formant une courbe régulière depuis le sommet du crochet jusqu'au bord palléal.
    REGION ANALE très rapidement rétrécie, étroite et même un peu acuminée à son extrémité.
    BORD PALLEAL arqué, lisse en dedans. BORD CARDINAL excavé du côté anal, corselet faiblement ridé en travers, limité sur les flancs par une carène tuberculeuse, arquée, à peine sensible, et indiquée seulement vers son extrémité par quelques gros tubercules isolés. Une carène interne à tubercules aigus circonscrit un espace lisse, relevé au milieu. Entre les deux carènes est un sillon assez marqué, bordé de petits tubercules.
    Les ORNEMENTS consistent dans la région buccale en sillons concentriques plus ou moins marqués, qui disparaissent suivant une ligne oblique vers le tiers des flancs et sont remplacés par huit ou neuf côtes obliques, tuberculeuses, qui prennent naissance assez près de la carène externe du corselet et se dirigent du côté du bord palléal en s'infléchissant en arrière. L'intervalle entre les côtes obliques est un peu ridé par les lignes d'accroissement.
    CROCHETS élevés, aigus. Sur la charnière de la valve gauche, la dent triangulaire médiane est énorme et profondément sillonnée.
    LES IMPRESSIONS MUSCULAIRES anales sont grandes et superficielles, les buccales sont très profondes."
     
    Myophorella radiata 
    jlam209.jpg (32 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 52,2
    h = 38,6
    e = ?

    Cette trigonie est assez rare dans le Boulonnais mais sur les exemplaires que je possède, la coquille est toujours préservée.
     

     
    • Myophorella ( Trigonia ) incurva :
      Miss Bennett, 1831 :
    "COQUILLE allongée, arquée, peu renflée, convexe sur les flancs, très inéquilatérale.
    REGION BUCCALE très courte, arrondie, point excavée vers les crochets. REGION ANALE fort allongée, très arquée, rétrécie et cunéiforme à l'extrémité.
    BORD PALLEAL régulièrement arrondi et lisse à l'intérieur. CORSELET très excavé, lisse ou orné de quelques plis, il est pourvu sur les crochets de trois petites carènes à peine tuberculeuses et à peu près parallèles au bord palléal, l'externe disparaît très rapidement, la médiane est accompagnée d'un petit sillon visible jusque vers le milieu de la coquille, l'interne est plus saillante et se continue en formant une ligne de tubercules ou plutôt de petites rides transverses.
    CROCHETS élevés, un peu inclinés du côté anal.
    La surface du test est ORNEE de côtes transverses arquées, un peu irrégulières, plus ou moins tuberculeuses, elles se continuent jusque tout près de l'extrémité anale, laissant un petit espace lisse en dehors de la carène marginale du corselet ou plutôt de la convexité qui la représente. Du côté buccal, ces côtes disparaissent vers le milieu du test et sont alors remplacées par d'autres petites côtes assez irrégulières et par de nombreux tubercules isolés.
    Les DENTS CARDINALES sont couvertes de nombreux et profonds sillons, la médiane est très grosse, la lame cardinale buccale est un peu tordue en spirale, elle porte une impression musculaire fortement sillonnée,
    L'IMPRESSION MUSCULAIRE anale est assez éloignée de la charnière,
    L'IMPRESSION PALLEALE, circonscrite par une ligne profonde, est à une grande distance du bord."
     
    Myophorella incurva 
    jlam234.jpg (33 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 79,5
    h = 63
    e = 35,8

    Une Trigonie très courante dans le Boulonnais, je n'ai pourtant qu'un exemplaire très défraichi à présenter. On apercoit tout de même la caractéristique principale de l'espèce avec un début de bifurcation des côtes tuberculeuses au sommet de l'image
     

     
    Myophorella incurva 
    jlam210.jpg (39 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 48,9
    h = 36,2
    e = 19,4


     

     
    • Trigonia micheloti ( Lyrodon excentricum, Trigonia munieri ):
      De Loriol :
    "COQUILLE ovale allongée, peu renflée quoique les flancs soient régulièrement convexes, inéquilatérale,
    ORNEMENTATION de côtes concentriques fines et serrées sur les crochets, épaisses et un peu flexueuses dans la région buccale, elles s'élargissent beaucoup et parfois disparaissent sur les flancs, sauf vers le bord palléal: Elles ne dépassent point la région anale.
    REGION BUCCALE arrondie et assez prolongée;
    REGION ANALE allongée, très rétrécie et subtronquée à son extrémité.
    CORSELET lisse ou rendu un peu rugueux par les stries d'accroissement, marqué de deux CARENES très faibles, surtout l'externe.
    BORD PALLEAL régulièrement arqué, un peu sinueux vers l'extrémité anale, lisse en dedans.
    BORD CARDINAL très déclive du côté anal.
    CROCHETS très petits, déprimés."
     
    Trigonia micheloti 
    jlam214.jpg (28 Ko)
    Dim(mm):
    lo = 25
    h = 19,6
    e = 13,7
    Trigonia micheloti 
    jlam214a.jpg (23 Ko)

    Jeune individu ( les adultes sont deux fois plus longs ) dont l'ornementation est un peu usée.
    Il correspond au schéma et à la description de son auteur mais présente une particularité au niveau de la carène interne du corselet qui est épineuse.
     

     
    • Trigoniidae: paléodensité
    Trigoniidae 
    jlam374.jpg (45 Ko)
    Dim(mm):
    cf texte

    Forte paléodensité de moules internes de Trigonia et/ou Myophorella du tithonien.
    Le burin ( long de 245mm ) donne l'échelle.
     
     Début de page